Douleur et handicap mental

« Avoir mal » est une expérience physique et émotionnelle que nous connaissons tous et que nous savons identifier et analyser finement : sa localisation, son intensité, sa nature (ça pique, ça brûle…), sa durée dans le temps. Cette expérience désagréable est partagée avec notre entourage en l’exprimant avec des mots, des cris, des larmes, des attitudes corporelles… Mais comment fait-on pour partager cette expérience désagréable lorsqu'on ne parle pas, qu’on ne comprend pas ce qui nous arrive, que des distorsions sensorielles et psychiques nous empêchent d’habiter notre corps de façon unifiée, que des troubles de la communication émotionnelle nous empêchent d’utiliser les mêmes codes qu’une personne dite « normale » ? Ne pas arriver à montrer et partager l’expérience douloureuse par les canaux ordinaires ne signifie pas que la douleur n’existe pas. Si les accompagnants pensent à la chercher, ils sauront la reconnaître et ils pourront l’apaiser, la traiter voire la prévenir… Depuis la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades, le soulagement de la douleur est reconnu comme un droit fondamental. Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM en 2013 traitent de la prise en charge de la douleur dans « l’accompagnement à la santé de la personne handicapée ».

PUBLIC ET PRÉREQUIS : Personnels paramédicaux et éducatifs accompagnant un public autiste et/ou déficient intellectuel sévère ■ Etre en situation de prodiguer des soins en propre ou délégués ■ Gérer des troubles du comportement.

 


Objectifs

A l’issue de la formation, le stagiaire sera en capacité : ■ de détecter les signes de douleur devant tout comportement-problème ou comportement inhabituel ■ d’utiliser à bon escient une échelle de la douleur adaptée ■ d’identifier les causes de douleur les plus fréquemment rencontrées ■ d’appliquer leurs modalités de soulagement.

Contenu

■ Pourquoi se poser la question de la douleur ? Cadre légal , aspects éthiques. Particularités chez la personne handicapée mentale ■ Principales notions de physiopathologie de la douleur : mécanismes, douleur aiguë et chronique ■ Utilisation d’échelles d’évaluation de la douleur adaptées : intérêt, objectifs, résistances à leur utilisation ■ Causes possibles de la douleur ■ Conséquences et expressions possibles de la douleur ■ Prise en charge de la douleur : médicamenteuse, non médicamenteuse, prévention.

Méthodes

■ Etude de cas cliniques, utilisation concrète d’échelles de la douleur.

INTERVENANT : Médecin psychiatre en FAM, MAS, titulaire d’un DIU « Prise en charge de la douleur ».

Durée et Prix : Formation collective de 2 jours dans votre établissement ou service.
2 400€ frais de déplacements en sus.

Inscrivez-vous à notre newsletter :